top of page
Rechercher

Ils veulent remettre le grégorien au choeur de la messe

La beauté indiscutable d’une telle musique, soutenue et largement recommandée par l’Église, invite à se demander pourquoi celle-ci a autant déserté nos paroisses. Interrogée par Aleteia, Anne Guyard, co-organisatrice de la première édition des « Rencontres grégoriennes nationales » qui se déroulent les 16 et 17 octobre à Paray-le-Monial, explique les raisons d’un tel déclin : « Beaucoup pensent que le grégorien est un chant difficile à maîtriser et qu’il faut être professionnel pour le pratiquer. Il n’en est rien ».

À cette fausse idée s’ajoute le développement, au lendemain du concile Vatican II, d’autres formes de musique pour favoriser l’intégration des fidèles dans le déroulé de la messe. Des formes encouragées par l’Église et mentionnées dans Le Sacrosanctum concilium de 1962 : « Les autres genres de musique sacrée, et surtout la polyphonie, ne sont nullement exclus, pourvu qu’ils s’accordent avec l’esprit de l’action liturgique et qu’ils favorisent la participation de tous les fidèles ». Enfin, la pratique du latin, largement délaissée au lendemain du Concile, bien qu’elle n’ait pas été totalement éliminée, n’a naturellement pas favorisé le maintien du chant grégorien.



La beauté indiscutable d’une telle musique, soutenue et largement recommandée par l’Église, invite à se demander pourquoi celle-ci a autant déserté nos paroisses. Interrogée par Aleteia, Anne Guyard, co-organisatrice de la première édition des « Rencontres grégoriennes nationales » qui se déroulent les 16 et 17 octobre à Paray-le-Monial, explique les raisons d’un tel déclin : « Beaucoup pensent que le grégorien est un chant difficile à maîtriser et qu’il faut être professionnel pour le pratiquer. Il n’en est rien ».

À cette fausse idée s’ajoute le développement, au lendemain du concile Vatican II, d’autres formes de musique pour favoriser l’intégration des fidèles dans le déroulé de la messe. Des formes encouragées par l’Église et mentionnées dans Le Sacrosanctum concilium de 1962 : « Les autres genres de musique sacrée, et surtout la polyphonie, ne sont nullement exclus, pourvu qu’ils s’accordent avec l’esprit de l’action liturgique et qu’ils favorisent la participation de tous les fidèles ». Enfin, la pratique du latin, largement délaissée au lendemain du Concile, bien qu’elle n’ait pas été totalement éliminée, n’a naturellement pas favorisé le maintien du chant grégorien.

Le plébiscite des jeunes

Persuadés que la musique grégorienne possède en elle une force spirituelle incroyable, capable d’élever l’âme et de favoriser le recueillement, les organisateurs de ce premier grand événement national espèrent donc réveiller les paroisses pour qu’elles remettent le chant grégorien à la première place. Si l’objectif est encore loin d’être atteint, Anne Guyard, à seulement 24 ans, est pleine d’optimisme. Étudiante en master d’interprétation des musiques anciennes à la Sorbonne et, elle-même, professeur de grégorien, elle constate, tous les jours, un vif intérêt des jeunes pour la musique grégorienne. « La musique grégorienne est une musique verticale qui amène à la contemplation. Un véritable pont entre le Ciel et la Terre. Elle nous élève vers Dieu en laissant la place au Verbe. Beaucoup de chants actuels sont davantage tournés vers l’humain. Ils rassemblent mais n’élèvent pas », constate-t-elle.


Grâce aux « Rencontres grégoriennes », les organisateurs — dont le père Guillaume Antoine, vicaire de Granville, et un jeune séminariste, Guy Bachelier — espèrent allumer une étincelle nouvelle dans le cœur des acteurs diocésains. « Nous espérons voir fleurir des chœurs, des chantres qui proposeront dans leur paroisse ce chant que Messiaen qualifiait de “plus beau trésor que nous possédions en Europe” ». Rencontres, conférences et musiques vont ainsi se dérouler durant deux jours autour de trois grandes associations phares qui promulguent le chant grégorien partout en France : le célèbre Chœur grégorien de Paris, Lux Amoris, jeune chœur parisien créé en 2018 dédié à la promotion et la formation du chant grégorien mais aussi La Schola saint Grégoire, l’école de référence du chant grégorien fondée en 1938.


Grâce à leur expérience, les intervenants donneront des pistes aux paroisses qui souhaitent réintégrer le grégorien au cœur de leur vie liturgique. « Tout le monde peut chanter du grégorien, même les débutants en chant, insiste Anne Guyard. « Il faut démystifier sa pratique ! Certains diocèses proposent déjà des formations mais ce n’est pas la priorité pour beaucoup », regrette-elle. « La musique touche au sensible. C’est sans doute l’une des meilleures portes d’entrée pour inviter à la rencontre avec Dieu », conclue-t-elle, pleine d’espérance.



59 vues0 commentaire

Comments


bottom of page